Aller au contenu principal
couverture du document

Tesson, Sylvain (1972-....)

Contents


Biographie

Sylvain Tesson est le fils de Marie-Claude Tesson et du journaliste Philippe Tesson et le frère de la comédienne Stéphanie Tesson et de la journaliste d'art Daphné Tesson. Il a étudié au lycée Passy-Buzenval puis effectué une hypokhâgne et une khâgne. Géographe de formation, il est titulaire d'un DEA de géopolitique.

Sylvain Tesson est aussi membre du conseil d'administration du fabricant de montres russes Raketa, et président de {{Citation}}, une ONG reconnue d’utilité publique.

Le voyageur

En 1991, il découvre l’aventure lors d’une traversée à vélo du désert central d’Islande, puis d’une expédition spéléologique à Bornéo.

Puis, en 1993-1994, il fait le tour du monde à bicyclette avec Alexandre Poussin, qu’il connaît depuis la classe de seconde au lycée Passy-Buzenval à côté de Paris. Les deux compères, qui terminaient alors leurs études de géographie, tirent de leur voyage, en 1996, le livre On a roulé sur la terre, qui leur vaut le prix jeune de l’IGN.

Toujours avec Alexandre Poussin, en 1997, il traverse l'Himalaya à pied, {{unité}} en cinq mois du Bhoutan au Tadjikistan, en passant clandestinement par le Tibet. Cette traversée donne lieu à la publication, en 1998, de La Marche dans le ciel : {{unité}} à pied à travers l'Himalaya.

En 1999-2000, il traverse également les steppes d'Asie centrale à cheval avec la photographe Priscilla Telmon, sur plus de {{unité}} depuis Alma Ata au Kazakhstan jusqu'à la mer d'Aral en Ouzbékistan). Ce périple débouche sur la collaboration à deux ouvrages, La Chevauchée des steppes en 2001 et Carnets de Steppes : à cheval à travers l'Asie centrale en 2002.

En 2001 et 2002, il participe à des expéditions archéologiques au Pakistan et en Afghanistan.

De mai 2003 à janvier 2004, il reprend l'itinéraire des évadés du goulag en suivant le récit, à la véracité contestée, de Sławomir Rawicz : The Long Walk (1955). Il relate ce périple, qui l'emmène de Iakoutsk en Sibérie, puis en Chine où il rejoint le Tibet à vélo, jusqu'à Calcutta en Inde à pied, dans son livre L'Axe du loup. Pour lui, l’aventure est plausible dans son ensemble mais comporte des anomalies absolues, comme « dix jours sans boire dans le Gobi ». Ce voyage est l'objet d'un album photographique publié en 2005, Sous l'étoile de la liberté. Six mille kilomètres à travers l'Eurasie sauvage. Les textes sont de Sylvain Tesson, et les photographies sont réalisées par Thomas Goisque, qui {{citation}}

En 2007, le documentaire Irkoutsk-Pékin, la route des steppes, qu'il réalise avec Nicolas Millet, relate son expédition d’Irkoutsk à Pékin en empruntant la route du Transmongol.

En 2010, il réalise un projet souvent évoqué auparavant, en allant vivre six mois (de février à juillet) en ermite dans une cabane au sud de la Sibérie, sur les bords du lac Baïkal, à environ {{unité}} au nord-est d'Irkoutsk. Selon ses propres dires : « Recette du bonheur : une fenêtre sur le Baïkal, une table devant la fenêtre ». Il relate cette expérience solitaire dans son journal publié l'année suivante sous la forme d'un essai autobiographique intitulé : Dans les forêts de Sibérie.

Il voyage la plupart du temps par ses propres moyens, c'est-à-dire sans le soutien de la technique moderne, en totale autonomie. Ses expéditions sont financées par la réalisation de documentaires, par des cycles de conférences et par la vente de ses récits d'expédition.

L'écrivain

Lors de la réception de Patrice Franceschi comme Écrivain de Marine le 10 février 2014 à l'hôtel de la Marine à Paris. Sylvain Tesson écrit également des nouvelles. Il signe de nombreuses préfaces et des commentaires de films. Il collabore à diverses revues. On peut retrouver ses bloc-notes mensuels dans le magazine Grands reportages. Depuis 2004, il multiplie les reportages pour Le Figaro Magazine avec le photographe Thomas Goisque et le peintre Bertrand de Miollis. Il signe plusieurs documentaires pour la chaîne France 5.

À la fin des années 1990, il anime sur Radio Courtoisie, en collaboration avec Alexandre Poussin, une émission consacrée à l'aventure.

Il obtient le prix Goncourt de la nouvelle en 2009, pour Une vie à coucher dehors et le prix Médicis essai en 2011 pour Dans les forêts de Sibérie.

En 2010, il est président du jury du Livre pour la Toison d'or du livre d'aventure, attribué cette année-là à Élodie Bernard pour Le vol du paon mène à Lhassa, Tesson parlant du livre comme d'une {{citation}}.

En juin 2012, il est reçu parmi les écrivains de marine, assimilé au grade de capitaine de frégate et peut embarquer sur des bâtiments de la Marine nationale.

Il est brièvement chroniqueur littéraire dans l'émission Le Grand 8 fin 2012, sur la chaîne D8.

Fin 2012, il entreprend un voyage de Moscou à l’hôtel des Invalides à Paris afin de refaire à moto et side-car Oural le trajet de la retraite de Russie menée par {{Napoléon Ier}} deux siècles plus tôt.

Le stégophile

Sylvain Tesson est depuis longtemps stégophile, c'est-à-dire qu'il aime escalader les toitures, dans son cas essentiellement celle des cathédrales. Surnommé « le prince des chats » au sein d'un cercle d'acrobates, il passait des nuits entières sur des clochers et des flèches : à Notre-Dame de Paris, au Mont-Saint-Michel, à la basilique Sainte-Clotilde à Paris, et sur d'autres monuments (principalement des églises) à Orléans, Argentan, Reims, Amiens ou encore Anvers.

Chaque année, le 10 mars, date anniversaire du soulèvement tibétain de 1959, il pavoise d'un drapeau tibétain un lieu symbolique de Paris. En 2008, il aide Robert Ménard à escalader la façade sud de Notre-Dame pour que celui-ci puisse se cacher sous la toiture en attendant le passage de la flamme olympique. {{Citation}}, dira-t-il. Avec d'autres grimpeurs, il participe au déploiement de deux banderoles de Reporters sans frontières sur Notre-Dame puis depuis le premier étage de la tour Eiffel.

Le 20 août 2014, il chute de près de {{unité}} en escaladant la façade d'une maison à Chamonix, alors qu'il séjournait chez Jean-Christophe Rufin avec qui il pratique l'alpinisme. Victime d'un sévère traumatisme crânien et de multiples fractures, il est hospitalisé à Annecy et placé en coma artificiel{{,}}. Réveillé huit jours plus tard, il n'a aucune séquelle neurologique. Trois mois après cet accident voilà comment il décrit cette épreuve : {{Citation}}. Il revient alors aussi sur ce que la stégophilie était pour lui : {{Citation}}.

Le Wanderer

Ce mot allemand, au sens propre « voyageur », « touriste », « excursionniste », aujourd'hui plus particulièrement « randonneur », est un surnom qui fut en son temps attribué à Goethe. Sylvain Tesson dans son Petit traité sur l'immensité du monde reprend ce terme de nombreuses fois. Il évoque le voyageur sans attache, qui n'attend rien du monde, mais se contente de le parcourir, de faire la route, solitaire, soumis aux besoins de son corps et sans « rien attendre du chemin qu'il emprunte ».
Selon Sylvain Tesson : « Seuls peuvent vivre comme le vrai Wanderer ceux que nul lien n'attache, capables de répondre à l'appel du dehors sans accorder un regard à ce qu'ils abandonnent ». Plus généralement, la notion de Wanderung est un thème bien connu dans la poésie romantique allemande.

couverture du document
LivreDisponible
Auteur du texte
Résumé
Seize histoires débridées, haletantes, ayant pour cadre la Russie, Zanzibar ou Bamyan... Sous la conduite éclairée de l'auteur, jeune géographe, le lecteur découvre une nature à la faune vorace et aux paysages immenses, souvent hostile. Les nouvelles de l'Est sont pour la plupart l'illustration de l'existence difficile au sein de cette nature.
couverture du document
LivreDisponible
Auteur du texte
Résumé
Dans les grandes étendues de l'Eurasie, c'est le cheval qui a permis à l'homme de s'approprier la steppe. Aussi, lorsque Priscilla et Sylvain, à 23 et 27 ans, décident d'inscrire leurs pas dans la poussière d'Asie centrale, quel autre choix s'offre à eux que celui de se présenter, en selle, rênes à la main et pied à l'étrier ? En six mois d'expédition, au gré des recontres, des bonheurs et des dangers, du Kirghizstan à la mer d'Aral, Priscilla et Sylvain ont collecté un bouquet d'émotions, de souvenirs et de réflexions qu'ils nous offrent dans ce carnet de voyage.
couverture du document
DVDDisponible
Résumé
Sylvain Tesson a fait le choix d'expérimenter la vie d'ermite dans une cabane en pleine taïga sibérienne, sur les rives du lac Baïkal. De février à juillet, l'écrivain voyageur nous fait partager ce voyage solitaire vers ce lieu désert. Six mois d'ermitage, de silence, de solitude en affrontant le froid sibérien. La vie dans une cabane est un voyage immobile. Une contemplation de la splendeur du monde à partir d'un point fixe. La volonté est de filmer à la fois les changements quotidiens de la nature et la transformation de l'être humain.
couverture du document
LivreDisponible
Auteur du texte
Résumé
Recueil de nouvelles inspirées par le monde indien d'aujourd'hui où quelques fanatiques se trouvent confrontés à l'Occident et à leurs propres contradictions.
couverture du document
LivreDisponible
Auteur du texte
Résumé
±Il m'aura fallu courir le monde et tomber d'un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays si proche dont j'ignorais les replis, d'un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides. La vie me laissait une chance, il était donc grand temps de traverser la France à pied sur mes chemins noirs.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Récit de deux jeunes voyageurs à la rencontre des peuples de l'Himalaya en faisant la traversée intégrale du massif d'Est en Ouest, tout en suivant au plus près la ligne imaginaire reliant les quatorze plus hauts sommets de 8.000 mètres. Partis du Bouthan, un jour de mai, les deux aventuriers relatent leur expérience. Une aventure qui a duré six mois.
couverture du document
LivreDisponible
Auteur du texte
Résumé
Vincent Munier nous entraîne sur les traces de la panthère des neiges. La trouver est un graal pour bien des voyageurs. Sa quête ensorcelle : il faut se briser les yeux sur la roche, sur la neige, sur le dos de chaque montagne pour espérer l'apercevoir. Et rencontrer, avec un peu de chance, les autres habitants du majestueux plateau tibétain : minuscules pikas, grands rapaces, renards du Tibet, rares yacks sauvages, étonnants chats de Pallas, troupeaux d'ânes kiangs... Sylvain Tesson l'a accompagné dans son dernier périple en février 2018 et lui prête sa plume pour la première fois.
couverture du document
LivreNon disponible
Auteur du texte
Résumé
±- Tesson ! Je poursuis une b̊te depuis six ans, dit Munier. Elle se cache sur les plateaux du Tibet. J'y retourne cet hiver, je t'emm̈ne. - Qui est-ce ' - La pantḧre des neiges. Une ombre magique ! - Je pensais qu'elle avait disparu, dis-je. - C'est ce qu'elle fait croire.»