Aller au contenu principal

Mères et filles

couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Après avoir érigé un inoubliable tombeau littéraire à l'homme de sa vie (L'Année de la pensée magique), Joan Didion adresse, dans Le Bleu de la nuit, un vibrant hommage funèbre à leur fille, décédée quelques semaines à peine avant la parution de la Pensée magique aux Etats-Unis. Mais qu'on ne se méprenne pas : loin d'être une ± suite » de la Pensée magique, ce récit serait plutôt son image en miroir, une variation inversée. On y retrouve, intactes, la puissance et la singularité de l'écriture de Didion : sèche, précise, lumineuse face à la nuit.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Louise a 16 ans. Elle va au lycée, adore la poésie, ses amies et son petit frère de 8 ans, Rudy, qu'elle appelle affectueusement « la taupe ». Louise donne le change mais sa vie n'est pas un long fleuve tranquille… Sa mère est atteinte d'une grave maladie extrêmement invalidante. Allitée, incapable de prendre soin de ses enfants, elle sombre. D'autant plus qu'un beau matin le père de Louise quitte le navire, laissant sa fille seule aux commandes. Un fardeau bien trop lourd pour une enfant de cet âge.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
La maman d'Ella est à l'hôpital, dans le coma. Malgré tout, la jeune fille garde son optimiste et lui raconte ses journées.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Négligeant la stricte chronologie, l'autobiographie réductrice, ces pages relatent pourtant un parcours. Selon le désir, l'humeur, la fantasque mémoire, événements, personnages se présentent à leur gré, captés par l'oeil viseur qui règle sa mise au point.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Les hommes ne le savent peut-être pas, mais ce dont la plupart des femmes préfèrent parler entre elles, ce n'est pas d'eux : c'est de leur mère. En effet, si les femmes ne deviennent pas toutes mères, si les mères n'ont pas toutes des filles, toutes ont une mère. S'interroger sur la relation mère-fille est donc leur lot commun. C'est aussi celui des hommes, impliqués, qu'ils le veuillent ou non, dans cette relation.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Relate les relations que l'auteur entretenait avec sa mère Fritna (Fortunée en arabe). G. Halimi y parle de l'absence de l'amour maternel et du manque dont elle a souffert le reste de sa vie.
couverture du document
LivreNon disponible
Résumé
Avec toi, la journée commence toujours par un long câlin dans la montagne. Puis cric crac croc vient le temps du petit-déjeuner, des vêtements à enfiler, de l'école, et alors il faut se séparer...! mais vite les retrouvailles, le bain, le repas, le coucher. Ohlala c'est fou comme ça passe vite une journée ! Des instants dans la vie d'une mère et de son enfant, des moments simples et émouvants qui se racontent à deux voix.
couverture du document
DVDDisponible
Résumé
Julieta s'apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu'une rencontre fortuite avec Bea, l'amie d'enfance de sa fille Antia, la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu'elle a croisé Antía une semaine plus tôt. Julieta se met alors à nourrir l'espoir de retrouvailles avec sa fille qu'elle n'a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu'elle a gardé secret depuis toujours.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
L'auteur écrit sur sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer.
couverture du document
LivreNon disponible
Résumé
"Mais finalement, c'est quoi une prison ? Une prison, c'est un endroit ou la société rejette les gens pour les punir. Un endroit où le soleil n'entre pas. Et pas seulement lui, mais aussi les papillons. L'odeur de gâteau du voisin, le silence. Un endroit où la nuit non plus n'entre pas. Il y a toujours un maton qui fait sa ronde en agitant son trousseau de clés, un détenu qui ne trouve pas le sommeil, refaisant cent fois dans sa tête le moteur qui n'a pas démarré, l'arme qui n'a pas tiré. Mais une prison, ça peut aussi être un endroit ou vit ta mère.