Aller au contenu principal

Littérature française

couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Après avoir abrité trois générations d'une famille désormais éclatée, la maison de famille des Manin est à vendre. Elle ne contient plus qu'un lot de vieilles photos et d'objets épars dont personne ne se soucie. On ne lui rend plus visite. Elle attend ses nouveaux propriétaires. Au fond, comme toutes les maisons, elle cherche la compagnie des hommes.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Improbable rencontre. Elvire partage la vie d'une femme, et Jérémy préfère la compagnie des hommes - et pourtant ils sont aimantés l'un par l'autre. Mais la passion les consume et leur liaison est aussi douloureuse qu'une séparation. Ecartelés, les deux amants préfèrent s'étourdir dans les bras de conquêtes furtives, privilégiant le plaisir des sens aux tourments de l'amour.Pierre de Vilno peint une jeunesse libérée mais néanmoins égarée. Sismographe des émotions, il capte l'humeur du temps, cette impossibilité de l'amour dans une société òu tout est possible.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
2008, Gloucester, Etats-Unis. Dix-sept jeunes filles d'un même lycée tombent enceintes en même temps. Stupeur dans la ville. La rumeur publique fait état d'un pacte. Les gamines se seraient concertées pour faire et élever leurs enfants ensemble. Qu'en est-il exactement ? A une journaliste venue enquêter sur l'événement, quatre d'entre elles se racontent.Il y a Lana, la meneuse, dont le père a disparu un jour, la laissant seule avec une mère devenue mutique, abrutie de médicaments, d'alcool et de télévision.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
"Prof n'est pas un vrai métier. C'est une discipline sportive. Une épreuve d'endurance. Un marathon où le plus teigneux gagne à la fin." Chaque jour, je retrouve Tonio, Nadir, Jérémy et les autres.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Allez savoir ce qui se passe dans la tête d'un joueur. Amélie Nothomb
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Dans un récit bouleversant, Viviane Forrester nous présente une Virginia Woolf chatoyante, désopilante et meurtrie, différente certainement de la légende bâtie par son mari Leonard... Une femme qui eut à subir son génie, à s'efforcer de le faire accepter par les siens. Une femme qui aura pu dire : Je sens dans mes doigts le poids de chaque mot , avant de répondre à l'étreinte promise par la mort en allant se noyer, les poches pleines de pierres, dans la rivière Ouse.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Aux deux extrémités du marais poitevin, deux mondes : lun qui serait celui de la terre et des livres, lautre celui de la mer et de la mécanique. Ma vie sest construite autour des objets qui peuplaient ces mondes. FB
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
En 63 textes, d' Acacia à Voyage , Philippe Claudel évoque autant de parfums de l'enfance et de l'adolescence. Chaque évocation fait resurgir un monde oublié, dont certaines traces demeurent : l'après-rasage du père, la crème solaire de la mère, les cheveux soyeux des premières amoureuses, les Gauloises et les Gitanes, la cannelle des gâteaux et du vin chaud, le charbon qui réchauffe, l'encre de l'écolier, le foin des champs, le pull-over de l'oncle...
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Le village de Neuville s'enorgueillit d'avoir vu naître, à la faveur d'un accident d'avion, l'illustre Clébac Darouin, milliardaire américain. Celui-ci est resté reconnaissant à ce coin de campagne de lui avoir permis de voir le jour, et il inonde le bourg de ses bienfaits. Son dernier cadeau est le plus somptueux : il offre par testament aux Neuvillois un cimetière hors normes. Chaque habitant y aura sa tombe, vaste comme une maison. La cité funéraire se bâtit à l'abri de murs, et chacun y a son petit palais de marbre.
couverture du document
LivreDisponible
Résumé
Ses collègues l'appellent l' ancêtre ou l' ours , peu importe le surnom, pourvu qu'on lui concède sa vie de solitude sur les routes. Il est VRP en papier peint depuis quarante ans. Soudain, sa hiérarchie voudrait qu'il vende aussi des canapés. Mais quand il songe au temps qu'il a fallu à l'espèce humaine pour apprendre à se tenir debout, il juge cette évolution déshonorante. D'òu lui vient une telle idée ? Peut-être de la correspondance de Rimbaud... Car, en chemin, toujours, il emporte les oeuvres du plus célèbre voyageur de commerce.